Mes plus grands défis :

Accepter d’en parler, c’est déjà un premier pas éminemment difficile à franchir, mais encore faut-il trouver une oreille attentive non seulement prête à écouter, mais aussi à accepter l’inexprimable réalité…
Cette écoute je l’ai trouvée auprès de quelques amies mais pas chez mes proches.
Mariée trop jeune pour avoir suffisamment de recul, lorsque j’ai voulu raconter ma lamentable histoire à mon jeune mari, ne sachant certainement pas comment réagir, il m’a répondu laconiquement qu’il ne fallait plus parler de « ça »…
Cela m’a fortement affectée que mon époux et toute sa famille avec lui n’étaient pas prêts à entendre le douloureux récit qui faisait cependant partie intégrante de ma vie. Pour moi ce fut perçu comme un refus de ma personne toute entière. J’étais très déçue de cette attitude après toutes ces années de silence et j’en ai déduit:  » ils ont peur que cela se sache, ils ont honte de moi … Je me suis sentie trahie, rejetée une deuxième fois…
Je n’arrivais pas à me libérer de ce fardeau.

Déjà repoussée par ma mère qui m’a manipulée durant toute sa vie pour me faire croire que c’était moi la responsable de cette tragédie. Personne ne voulait m’entendre, personne ne voulait m’aider…

En fait ce silence arrangeait tout le monde, nul ne voulait être dérangé dans son petit confort personnel, pourtant mon mari voyait bien que je ne survivais que grâce aux médicaments psychotropes. J’avais complètement perdu le contrôle de ma vie, je vivais dans un état second persuadée que j’étais un être à part, une fille perverse et menteuse qui tentait de détruire la famille comme le répétait ma mère…

Après son décès, j’ai entrepris des recherches et lorsque j’ai eu accès au dossier concernant mon enfance, j’ai compris combien j’avais été manipulée par mes proches pour étouffer l’affaire et combien sa duplicité avait été grande…

C’est à ce moment-là que j’ai perdu tous mes points de repaire et dès lors j’ai fonctionné durant un certain temps comme un automate qui n’a ni chair et ni âme jusqu’à ce que le robot se brise et que je sombre dans le néant…
Il m’a fallu huit ans pour entamer une reconstruction de moi-même et cette œuvre n’est de loin pas terminée. Y arriverai-je un jour…?
Petit à petit, trois pas en avant, puis deux en arrière, je survis et je commence à gravir les échelons qui vont me sortir de cette tour infernale dans laquelle je fus projetée il y a tant d’années déjà.

En ce qui concerne mon corps, je commence à vouloir l’accepter. Mais après tant d’années de reniement à vivre en automate, à être complètement détachée de lui, c’est LUI maintenant qui refuse l’adoption en me faisant souffrir de mille maux. Comme pour se venger de l’avoir si longtemps ignoré, de l’avoir dénigré de ne pas le considérer comme un ami fidèle et précieux…

Pour accepter simplement l’idée d’être aimée comme je suis, il y a encore un long parcours à effectuer …
Il faut prioritairement que j’arrive à m’aimer moi-même avec mon passé, mon présent et dans mon futur…
Que je parvienne à me déculpabiliser après tout l’acharnement que l’on a mis pour me persuader du contraire…
Il faut que je puisse enfin me déprogrammer de ce lourd passé pour déconditionner les mauvais enregistrements de départ afin de pouvoir repartir sur un autre fuseau horaire plus clément et mieux ajusté au climat présent…

Alors seulement je pourrai accepter sans arrière- pensées l’amour inconditionnel que je peux recevoir de mes proches…
La route est encore longue et sinueuse… mais déjà d’en prendre conscience c’est un grand pas vers la LIBERATION.

Brigitha

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :